Sur la planète Artisanat

L’histoire du chocolat (2/3) : L’arrivée en Europe

Nous voici donc au début du XVème siècle, où les colons espagnols installés en Amérique découvrent le chocolat tel que consommé quotidiennement par les aztèques. Si la boisson locale, amère et très épicée, est d’abord peu populaire chez les nouveaux arrivants, elle finit par séduire à grand renfort de sucre.

Les premières importations de cacao vers l’Europe datent des années 1520, et les expéditions commerciales dédiées au chocolat démarrent à la fin du XVIème siècle. A cette époque, le produit n’est consommé que dans les cercles privilégiés que sont notamment les cours princières. Il ne commence à se répandre au sein des couches populaires qu’à l’avènement de la première révolution industrielle, grâce à la diffusion massive des moyens de production.

Comme à la cour d’Espagne

C’est bien entendu par l’Espagne qu’arrivent les premières fèves, et les premiers européens qui consommeront du chocolat sont à trouver du côté de la monarchie alors au pouvoir. A la cour comme en Amérique, le cacao est toujours préparé sous forme de boisson, en général servie chaude, sucrée, coupée avec du lait et souvent agrémentée de vanille. Le produit se répand à travers l’Europe, toujours au sein des cercles princiers dans lesquels il restera cantonné pour encore environ deux siècles.

En France, la cour découvre la merveille en 1615 exactement, à l’occasion du mariage d’Anne d’Autriche avec le roi Louis XIII. La consommation quotidienne ne rentre cependant dans les moeurs que sous le règne de Louis XIV dont la très populaire épouse, Marie-Thérèse d’Autriche, est connue pour commencer chaque jour par une tasse de chocolat au lait.

En 1657 naît à Londres le premier atelier dédié à la transformation du chocolat. Le travail de la pâte de cacao y trouve son origine : elle est extraite et pressée par de nouveaux moulins mécaniques à partir de 1700. Ces derniers restent cependant peu efficaces au regard des technologies modernes et la pâte obtenue n’a d’utilité que la fabrication de liquides. Comme dans bien des domaines de production, la révolution industrielle marquera un véritable tournant dans l’histoire de la transformation du cacao.

Evolution des méthodes et diffusion du chocolat

A partir de 1830, les moulins, plus perfectionnés, sont utilisés à plus grande échelle pour produire une pâte de cacao d’une qualité bien supérieure à celle pressée auparavant. C’est l’apparition du chocolat sous forme solide. Traditionnellement réservée aux élites, la consommation de ce dernier s’étend alors progressivement aux couches plus populaires des sociétés européennes grâce aux baisses des prix induites par la progression des outils et des savoir-faire.

Un deuxième facteur intervient ici de manière décisive, il s’agit de l’importation du cacaotier dans les colonies européennes d’Afrique. Sur les territoires concernés ainsi qu’en Amérique, les exploitants ont recours à l’esclavage pour travailler sur des cultures de plus en plus étendues, réduisant d’autant les prix de production. La mécanisation des exploitations, ainsi que l’industrialisation de la production – qui clôturera cette série sur l’histoire du chocolat -, achèveront enfin de le rendre accessible à la plupart des européens.

Laissez-nous une réponse !