Artisanat de France et d'Ailleurs

AOC – AOP : quelle différence ?

aop-quelle-difference

AOP, AOC : vous avez déjà certainement vu ces labels apposés sur bon nombre de produits, mais savez-vous réellement à quoi ils correspondent ?

Commençons par un peu d’histoire. En France, la protection des produits de terroir est mise en place par une première réglementation datant de 1935. Elle concerne d’abord les produits viticoles : en premier lieu les vins, puis rapidement les eaux de vie. Dans les années 1990, elle s’étend aux produits agroalimentaires transformés ou non. Parmi eux certains formages, viandes et charcuteries, huiles d’olives, mais également fruits et légumes présentant une origine et des qualités particulières.

L’étendue de ces labels est conséquente : sur le territoire, ce sont environ 130 000 producteurs qui sont concernés par au moins l’une ou l’autre de ces appellations. Certaines régions sont particulièrement concernées, c’est le cas par exemple de la région Midi-Pyrénées qui compte à elle seule… 106 produits protégés !

A quoi servent les appellations ? 

L’appellation d’Origine Protégée et l’Appellation d’Origine Contrôlée poursuivent en un objectif commun, et seul leur degré de protection diffère. La notion de terroir est au coeur de ces signes de qualité : plus concrètement, il s’agit de protéger les produits issus de zones géographiques particulières, qui tirent justement leur intérêt des spécificités propres à ces même zones.

En France, c’est l’INAO – Institut National de l’Origine et de la Qualité – qui délivre ces appellations. Elle est également chargée du contrôle des producteurs concernés, qu’elle exerce au travers d’organismes indépendants qu’elle seule est en capacité d’agrémenter.

AOP – AOC, quelle différence ?

L’AOP est un label européen qui prend en compte deux éléments – l’origine géographique et le savoir-faire attaché à la fabrication du produit – au travers d’un cahier des charges relativement souple au regard de l’AOC. Ce dernier, label réglementé par le droit français, impose en effet que toutes les étapes de production soient concentrées sur la même zone géographique. Un produit AOC répond donc nécessairement aux critères exigés pour l’obtention du label AOP, légèrement moins exigeant.

En pratique, les appellations protègent un nom bien particulier. Mais il n’est pas rares qu’elles soient volontairement détournés par certains producteurs peu scrupuleux… Prenons l’exemple du Camembert de Normandie : l’appellation exacte, reconnue AOC, impose notamment que le lait soit d’origine normande et qu’il ait été transformé sur le même territoire. En revanche, l’expression “Camembert produit en Normandie”, que l’on voit apparaître sur bon nombre de produits industriels, n’est en aucun cas soumise aux mêmes exigences. Si le produit doit en effet avoir été fabriqué en Normandie, l’origine du lait ne fait elle l’objet d’aucune réglementation particulière.

Heureusement, il existe pour le consommateur une manière simple de s’y retrouver : il suffit tout simplement de chercher l’un ou l’autre des labels délivrés par l’INAO, lesquels ne peuvent être apposés que s’ils respectent les cahiers des charges en vigueur.

Pour ne rien rater de nos prochains articles, suivez-nous sur Facebook et sur Twitter !

Laissez-nous une réponse !